#24 - Les Schtroumpfs


Nous travaillons actuellement avec un petit troupeau d’élevage. 3 poulinières, 2 pouliches, 1 poulain et un étalon.

Au début, l’objectif était qu’à terme, les poulains puissent être accessible, qu’on puisse leur mettre un licol, qu’ils donnent les pieds …

Disons que c’est une direction mais que finalement, ça va bien plus loin. Il n’y a pas qu’un seul objectif, il y en a pleins d’autres qui apparaissent d’eux mêmes. J’apprécie cette fluidité.

 

Les schtroumpfs ont 6 mois, n’ont jamais été approché par l’humain sauf deux fois en changement de pré où ils suivaient instinctivement leurs mères.

 

La première phase, nous la qualifierons de « phase d’observation ».

Où vivent-ils ? Comment ressentons nous le lieu ? Dans quel cadre évoluent-ils ? Ce sont les premières questions que nous nous sommes posées.

Puis, l’énergie du troupeau. La cohésion, les émotions des uns et des autres, les échanges et interactions entre les uns et les autres…

Les premières informations de Jean-Guillaume au sujet du troupeau : L’énergie du troupeau est assez stable et cohérente. Deux d’entre eux se démarquent de l’énergie du troupeau, deux d’entre eux qui seraient moins « investis » dans le troupeau. Se sont les deux mâles, l’étalon et le poulain.

La comtoise serait la plus présente dans le troupeau. Elle semble être le pilier du troupeau.

Informations validées : C’est la comtoise qu’on licol le plus facilement et qui guide le troupeau lors des changements de pré. Les deux mâles sont souvent bousculés par le reste du troupeau.

 

Ce qui nous amène à la deuxième phase, « l’Acceptation ».

En approchant du troupeau, on peut constater une zone de conscience. Le simple fait d’entrer en contact avec cette zone, procure une sorte de pression sur le troupeau. Dans notre pratique, nous défendons un certain nombre de valeurs, et faire les choses en conscience est quelque chose en quoi on aspire particulièrement.

C’est pourquoi, nous avons voulu mettre le moins de pression possible, oublier « l’objectif premier » strict, enchaîné à ce « devoir de réussite ».

 

A force de sentir notre vibration, nous avons pu entrer dans cette zone, se faire accepter dans le périmètre. Puis plus près, puis à côté, puis le contact, et très vite les gratouilles !

Avec les mères et l’étalon, nous n’avons pas rencontré de réticence flagrante bien que nous ressentons que les échanges et la confiance évoluent. Avec les poulains … Ca prendrait plus de temps, on pouvait déjà constater qu’ils étaient tout de même un peu curieux.

 

Nous avons fait des expériences intéressantes sur le poids de l’intention. Avec eux, c’était assez flagrant. Immobile, le simple fait de penser à le toucher, le poulain reculait. Ou passer par la mère pour se faire sentir du poulain, ou encore la jument qui donne l’accord à son poulain pour qu’il vienne nous sentir… Il y a eu déjà de beaux moments et ce n’est que le début !

Cela fait maintenant près de 2/3 semaines que l’expérience a commencé.

Les poulains ont commencé à se laisser approcher et même gratter en ce réveillon de jour de l’an, 31/12/2017.

 

Mais voici l’explication en image !

 

Les aventures des Sabots Libert'Air

Épisode 01 - L'approche du troupeau

Écrire commentaire

Commentaires : 0