#19 - La gestion de la peur


Gestion de la peur à cheval

 

Qu’est ce que la peur ?

 

Le mot peur provient du terme latin « pavor ». Il s’agit d’un sentiment d’angoisse en présence d’un risque ou d’une menace réelle ou imaginaire.

La peur est une émotion qui se caractérise par un intense sentiment habituellement désagréable, provoqué par la perception d’un danger, présent ou futur, réel ou supposé et elle est présente que ce soit chez les humains comme chez les animaux.

 

Du point de vu biologique, c’est l’instinct de survie. Au niveau neurologique, c’est ce qui vient actionner les amygdales et le lobe temporal.

En psychologie, la peur est un état affectif et émotionnel, nécessaire pour que l’organisme puisse s’adapter à l’environnement.

 

En d’autres termes, si j’ai peur, mon corps réagit instinctivement pour que je puisse me méfier ou fuir plus vite face à une situation que je ne me sens pas d’affronter ou qui pourrait me mettre « en danger ».

Face à la peur, je cours plus vite, ou mes réflexes sont plus vifs, ma force se décuple …

Donc, à défaut d’être perçu comme une émotion désagréable, elle n’en pas moins utile … A condition d’être adaptée, gérée.

 

La peur exagérée et incontrôlée va, au contraire, amplifier des réactions comportementales inappropriées et inhiber la pensée. La peur devient alors contre-productive.

 

Elle s’accompagne de sensations physiologiques comme les tremblements, les tensions musculaires, la respiration rapide, l’agitation. Il est important d’identifier ces réactions physiologiques pour les canaliser et les diminuer.

 

 

La peur chez le cavalier

 

La peur exagérée gêne le cavalier à plusieurs niveaux :

L’équilibre et les mouvements, perturbés par la tension physique,

La qualité de la relation cavalier-cheval : confiance, écoute mutuelle, prise de décision

La souplesse en cas de chute

 

Dans le monde de l’équitation, c’est une émotion que nous connaissons bien et que nous apprenons à gérer au fur et à mesure que nous connaissons les chevaux/poneys, ceux que nous avons l’habitude de monter, que nous apprenons à gérer les allures et la direction de nos chères montures.

 

Néanmoins, il y a parfois besoin d’un accompagnement particulier lorsque nous n’arrivons pas à le gérer seul ou suite à un traumatisme précis. La morsure, la chute, les coups de pieds, l’obstacle etc …

 

Il est important de retrouver la dimension de plaisir d’être avec ou sur le cheval, se détendre, lâcher la pression, verbaliser ses peurs, observer le cheval pour qu’il ne soit plus l’objet de notre peur.

 

J’ai eu l’occasion de travailler avec une enfant de 6 ans, entre autre, qui tombait dans son club à chaque séance. Les poneys étaient réactifs et, un en particulier, s’arrêtait net et baissait la tête. A force de chute, l’enfant anticipe et a peur de la chute si bien qu’elle ne voulait plus monter du tout.

 

Nous avons commencé par observer un poney en liberté dans un rond de longe. Dans les premières séances, elle se cachait derrière moi, terrifiée. Elle a compris que le poney m’écoutait et était attentif aux ordres que je pouvais lui donner. Des ordres simples mais qui prouve que j’ai le « contrôle » sur son allure – par le biais des transitions à la voix – et sur la direction – par le biais de notre placement dans le manège, de notre corps, de la voix – .

 

Petit à petit, une fois cette confiance triangulaire mise en place, nous avons pu progresser sereinement.

Détendue, tout sourire, confiante, nous sommes passé d’une petite fille effrayée qui ne voulait plus monter à poney, à une jeune fille qui monte en selle, même à cru à condition que je sois à côté d’elle, pour finir sur une jeune cavalière qui ne voulait plus qu’on l’aide et qui était aussi bien à l’aise avec que sans selle.

 

 

 

Nous proposons, de ce fait, des séances d’approche de l’animal. Un accompagnement adapté à votre rythme pour dépasser que ce soit « la petite peur » qui vous empêche de vibrer pleinement avec le cheval ou le « traumatisme » que vous avez pu vivre.

 

 

 

"On ne peut prétendre maîtriser un cheval tant qu'on ne se maîtrise pas soi-même." Pat Parelli

 

"Faites du cheval un compagnon et non un esclave, vous verrez quel ami extraordinaire il est." Nuno Oliveira

Écrire commentaire

Commentaires : 0