#13 - Séance d'ostéopathie Biodynamique, un régal !


Première séance d’ostéo, une belle expérience que j'aimerai vous partager !

 

 

 

Cela fait quelques mois que cette idée de me faire manipuler par un ostéopathe me taraude. Je ne l’ai jamais fait et le souvenir des chutes de cheval que j’ai pu vivre m’amenait à me poser la question.

 

Prendre soin de son corps, ça passe aussi par ces structures profondes et je m’y éveillais petit à petit.

 

 

 

Pour cette première expérience, j’ai eu la chance de rencontrer « Cassius de bretagne » par le biais de Jean-Guillaume.

 

Sensible, réceptif, à l’écoute, doux, conscient, une vraie belle personne.

 

 

 

Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre, j’ai donc décidé de vivre cette expérience en tentant de rester centrée et à l’écoute de ce qui pouvait se passer et … je n’ai pas été déçue !

 

 

 

Dans un premier temps, l’appréhension … Comment ça se passe ? Qu’est ce qu’on me fait ? La pudeur. Déjà une part de moi savait qu’on entrait dans mon intimité, dans mon fonctionnement profond.

 

 

 

Le courant passait bien avec Cassius, beaucoup de point commun, une belle énergie qui se dégage de lui me rassure et me permet de lâcher mes premiers blocages avec l’aide de Jean-Guillaume qui m’a aidé à amorcer tout cela !

 

 

 

La séance commence par un scanne énergétique. Il prend connaissance de mes circulations, de mes structures osseuses, des éventuels blocages, et prend conscience de « comment » remettre tout à sa place. Même sur les chevaux, je me suis toujours dit qu’il ne faisait pas que « remettre les os en place », qu’il y avait une sensibilité, de l’énergie qu’ils dégageaient tous, dont ils se servaient. Cassius m’explique que cela s’appelle la « biodynamique », la force de vie innée. Ca a beaucoup de sens si on s’y penche un peu.

 

Il détecte assez rapidement le blocage lié à mon piercing à la langue, ma scoliose, et l’émotionnel que je dégageais (qui, avouons le, battait à son plein!)

 

 

 

La première manipulation consiste à remettre mes vertèbres à leur place. Il me demande si je suis effrayée si ça « craque ». Moi, je n’ai jamais tenté l’expérience, alors je dis non machinalement. Ce n’était pas rare de m’entendre craquer en me dépliant, alors dans l’idée, je n’imaginais pas ça différemment.

 

Sauf, que ce n’est pas le même craquage, et ce n’était pas la même conscience.

 

 

 

J’ai trouvé incroyable ce moment. Se détendre, complètement, sachant « qu’il va se passer quelque chose ». Ce n’est pas si évident que ça. Lâcher prise, faire totalement confiance, de tout mon corps. L’émotion première, c’est la résistance. « Et si ? » J’accueille cette information, rassure cette partie de moi qui a peur, aidée par Cassius qui valorise, accueille et m’accompagne là dedans.

 

Première vertèbre mise en place, aucune douleur. C’est la première chose qui me vient, « ça ne fait pas mal ». Puis, tout de suite après, une vague d’énergie, quelque chose qui circule en moi. Je ne pourrais pas dire quoi mais je sens que quelque chose se met en mouvement.

 

Aux craquements suivants, je commence à comprendre le fonctionnement. D’abords, lâcher prise, qui se fait de plus en plus facilement, puis le moment où ça va craquer, la tendance à pouvoir et savoir qu’on peut se tendre jusqu’au dernier moment. C’est comme si le temps pouvait se fractionner, qu’on pouvait dire non à chaque instant. Puis, au craquement, toujours cette vague d’émotion, d’énergie qui se met à circuler dans mon corps. L’état de conscience se modifie, je peux sentir l’espace que ça crée, sentir les blocages qui se libèrent, me rendre compte que mon énergie circule plus facilement, c’est plus fluide, plus puissant … Je me surprends à rire, presque au fou rire, c’est une façon d’évacuer.

 

 

 

Mes mots me paraissent un peu fade comparé à l’intensité de ce que j’ai vécu, ce n’est pas évident de mettre des mots sur des ressentis.

 

 

 

Puis, vient le bassin. Pas de craquement, mais une proposition de remise en place, doucement, sans contrainte. On donne l’information au corps, je me rassure, j’essaye de laisser mon corps et mes énergies s’exprimer, accueillir l’information et de laisser faire. Je me détends.

 

Petit à petit, je me rends compte que des douleurs surviennent, en fait, elles ressurgissent. J’ai la sensation de reconnaître les douleurs. Comme si je savais qu’elles étaient là, que je les ai déjà ressentis mais que je les avaient enfouis.

 

Encore ce travail d’accueil. Ok, je vous connais, je vous reconnais.

 

 

 

Après cela, les cervicales. Il était préférables de travailler le bassin, l’ancrage avant de travailler les cervicales pour favoriser la remise à la terre des blocages plus haut. Dans un soin énergétique, on fait pareil. Si on veut évacuer des blocages mais que la sortie est bloquée, on vient faire bouchon, ça s’entasse et ce n’est pas le mieux.

 

 

 

Au niveau des cervicales, j’ai eu l’impression que ma tête sortait de mes épaules, que j’avais gagné au moins quelques centimètres. J’avais cette sensation d’être aligné, verticales et qu’en même temps, je sentais un déséquilibre quant à ce que j’avais l’habitude.

 

 

 

J’ai gagné en ancrage, dès ma mise debout, je me suis sentie « d’aplomb ». J’étais « posée sur mes pieds » et ça prenait un sens vraiment profond.

 

 

 

Les jours suivants, j’ai redécouvert ma façon de fonctionner. Plus légère, plus fluide, les informations passent mieux, plus rapidement, et je peux voyager dans différents état de conscience avec simplicité.

 

 

 

J’ai vécu une vraie belle expérience que je tenais à vous partager, à remercier Cassius qui m’a permis d’aller connecter tout ça car c’est grâce à son savoir faire, à son écoute, à sa bienveillance que cela m’a été possible.

 

 

 

Ce qui est drôle maintenant, c’est que j’y repense souvent. J’ai comme cette petite peur de me « redéboiter », j’aime ce nouveau fonctionnement, je m’y sens mieux et chaque mouvement un peu dur, chaque effort, glissade dans la neige, j’ai cette pensée « oh non, j’espère que ça n’a rien bougé !! » !

 

 

 

Merci,

 

 

 

Adeline

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0